vendredi 26 décembre 2014

Par pitié, ne sabrez pas votre champagne !

Sabrer ou sabler le champagne
Si en vue du Nouvel An vous envisagez fiévreusement d'acheter un sabre, je préfère vous prévenir : ce n'est pas la peine. Le champagne, généralement, on ne le sabre pas, on le sable.
Non Monsieur, revenez ! Ne courez pas à la plage ! ce n'est qu'une image. Je vous explique : autrefois, on utilisait des moules de sable pour donner forme au métal en fusion (notamment pour les fûts de canon) ; par extension, sabler un verre de vin signifie, depuis le XVIIsiècle, l'avaler d'un trait, comme le moule de sable boit, avale le métal en fusion ; cela signifie également fêter un événement en l'arrosant copieusement… de champagne.
 

Le retour des « cosaques »

L'expression a vieilli et d'aucuns, parce qu'ils n'en comprenaient plus très bien le sens, ont remplacé le verbe sabler par sabrer.
L'ouvrage de l'Académie française, Dire, ne pas dire (édition Philippe Rey, p. 147), nous signale toutefois que l'expression « sabrer le champagne » a fait son apparition au XXsiècle dans quelques dictionnaires (mais elle n'est toujours pas dans le Robert, ni dans le Larousse). Elle signifie littéralement : « Ouvrir une bouteille de champagne en tranchant le goulot d'un coup de sabre. »
Pourquoi ne pas continuer pour notre part à sabler joyeusement notre champagne ? Laissons aux hussards, cosaques, et autres manieurs de sabre, le soin de trancher les goulots de ces précieuses bouteilles, quitte à en faire couler le liquide à flots (mais avouez : quel gâchis !). Vous rendez-vous compte des économies que cet article vous fera faire ! D'ailleurs, si pour me remercier vous voulez m'en envoyer quelques caisses…

(Vous aimerez aussi cet article !)

Progresser en orthographe, à tout âge ? Oui, c'est possible : Un monde sans fautes !

4 commentaires:

  1. Eh bien... Bien que j'ai le souvenir d'une image (film ou illustration, je ne sais plus) montrant un officier déboucher une bouteille de champagne au sabre, je me disais tout de même que cette méthode de sauvage était le plus sûr moyen de terminer son réveillon à l'hôpital...

    Je connaissais aussi l'expression "sabler le champagne" mais, malgré mes doutes illustrés ci-dessus, pensais que c'était elle qui était erronée.

    Merci donc, Hervé, pour cette très claire explication !

    RépondreSupprimer
  2. Perdre le sens originel d'une expression conduit à l'utiliser à mauvais escient ou à l'écrire de manière fautive. Il est bien d'autres exemples de ce type sur lesquels, chère Marie-Thé, nous reviendrons dans les mois à venir.

    RépondreSupprimer
  3. Pour ma part je sabrerai le champagne avant de le sabler !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si le « sabrage » (je sais qu’il existe des experts) ne nuit pas à la quantité du « sablage »…

      Supprimer