jeudi 12 avril 2018

Le « et » et la virgule : « Je t’aime, moi non plus »

Une virgule toute rouge, avec des petits cœurs autour d’elle, poursuit un "et" qui la fuit. Dessin.
« T’as vu, je te l’avais dit : tout est désormais possible entre nous ! » (Illustration : Mario Senatore)









Ils nous l’ont tellement répété lorsque nous étions petits : « Il ne faut pas mettre de virgule devant et » ! Nos maîtres d’école avaient certainement raison de nous dire cela, tant les phrases des enfants restent simples et ne nécessitent pas de s’encombrer de subtilités réservées aux plus grands.

Il reste en revanche un peu moins normal que cette idée, un tantinet trop assénée, élevée parfois au rang de énième commandement, demeure encore en l’état une fois adulte. À tel point que certains refusent systématiquement de faire précéder un et d’une virgule, au risque… de commettre une faute. « T’as jamais appris ça à l’école : jamais de virgule devant un et ! » [Grrr !]

La virgule et le et… Attention au chien !

Bon ! Il est vrai que si j’écris « Jean, et Rémi vont à la pêche », je fais effectivement une faute de ponctuation. Nul ne le contestera. Pourtant, imaginons à présent que je veuille apporter une précision au sujet de Jean : dire, par exemple, que c’est bien du « grand Jean » que je parle (pour le différencier d’un autre). J’insère alors dans mon discours une information, un commentaire, que je pourrais fort bien placer entre parenthèses.

Je note donc : « Jean (le grand Jean) et Rémi vont à la pêche » ;
ou « Jean, le grand Jean, et Rémi vont à la pêche ».

Si par malheur j’ai gardé à l’esprit qu’il ne faut pas de virgule devant un et, je griffonne : « Jean, le grand Jean et Rémi vont à la pêche. »
Et mon lecteur sera alors en droit de penser qu’ils sont trois à être partis pêcher. De fait, cette absence de virgule devient une véritable faute, de même qu’il y en aurait une si je rédigeais sans fermer la parenthèse : « Jean (le grand Jean et Rémi vont à la pêche. »

Cela vous semble évident ! Dans un sens inverse, faisons tout de même attention ! Si Jean et Rémi partent avec leur labrador, gardons-nous bien d’écrire : « Jean, le gros toutou, et Rémi vont à la pêche. »

Virgule devant et : non ! Ce n’est pas fini !

Et puisque nous sommes si bien partis, examinons encore cinq cas où la virgule et le et font si bon ménage.

1. Lorsque la conjonction et est répétée, la virgule est nécessaire (sauf dans le cas de mots isolés sujets d’un même verbe).
Tous trois chantaient en chœur, et le père avec la mère, et les parents avec l’enfant.

2. Quand le et sert d’amorce à une conclusion, qu’il introduit une déduction ou une action simultanée, il est d’usage de le faire précéder d’une virgule.
Les enfants entendirent la cloche sonner, et ils en furent heureux !

3. Si on veut insister sur le dernier point d’une énumération, l’emploi de la virgule avant le et est tout à fait possible (n’abusez tout de même pas de ce procédé).
En tête du peloton : Laurent Fignon, Greg LeMond, et Bernard Hinault.

4. En présence de plusieurs et pouvant entraîner une ambiguïté, n’hésitons pas à ajouter une virgule.
Nous travaillerons lundi et mardi, et mercredi sera jour de repos.

5. La conjonction et peut enfin faire partie d'une incise. Elle sera donc précédée… d’une virgule !
Il est alors probable, et même certain, que vous ne direz plus jamais : « Jamais de virgule avant un et ! »

Ne ratez pas non plus à ce sujet un article qui vous étonnera beaucoup : Et une virgule changea le cours de l’Histoire.


3 commentaires:

  1. Merci!Votre article m'a permis d'expliquer un usage de la virgule à une de mes élèves de collège! Confraternellement, B.F.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vraiment très heureux que cela ait pu vous servir concrètement ! Merci pour ce message !

      Supprimer
  2. Merci pour vos bonnes explications, qui plus est, avec de l'humour. Sur le même ton, je me permettrais alors de modifier un tout petit peu votre phrase : "Vraiment très heureux que cela ait pu vous servir, et ceci concrètement" ;-))

    RépondreSupprimer