samedi 5 septembre 2015

Un jour « Cent » (l'accord des adjectifs numéraux)

Rentrée des classes oblige : cette semaine, petites révisions sur l’accord des adjectifs numéraux… histoire de ne plus faire de fautes sur vos cahiers (pour les plus jeunes) et sur vos chèques (pour les plus grands). Un, deux, trois, partez !
vingt avec un s ou sans s, l'accord de cent
« “Super”, la rentrée ! Perso, j'aurais encore préféré des participes passés... »
Au départ, tout est simple ! Les adjectifs numéraux (deux, huit, douze, sept, mille…) sont invariables : les sept mercenaires, les cinquante-cinq jours de Pékin, les quatre mille élèves.
Même lorsqu’ils sont exceptionnellement employés comme noms, les chiffres ne s’accordent pas : un joueur de poker, par exemple, peut avoir quatre sept en main. (Il convient de rappeler que zéro, million, billion, milliard, sont des noms communs et non des adjectifs numéraux : ils s’accordent.)
Jusque-là, c’est enfantin ! Et retenons une fois pour toutes que mille, adjectif numéral, ne prend jamais de « s », y compris dans l’expression « gagner des mille et des cents ». Aïe ! L’expression qui fâche : pourquoi mettre ici un « s » à cent et pas à mille ?
Si les adjectifs numéraux sont toujours invariables, il existe tout de même deux exceptions : vingt et cent.

Excepté les Vincent

Vingt et cent prennent un « s » quand ils ne sont pas suivis d'un adjectif numéral et qu’ils sont multipliés par un chiffre supérieur ou égal à deux (pour vingt, il n’existe que le cas du quatre : quatre-vingts chaises). Ils demeurent autrement invariables.
On copiera sur son cahier « deux cents lignes » (cent est ici multiplié par deux et n’est pas suivi d’un autre chiffre, donc il s’accorde), « deux cent deux mots » (cent est suivi d’un chiffre, il ne s’accorde pas).
De la même manière, on écrira « quatre-vingts tableaux », mais « deux mille trois cent quatre-vingt-deux craies » (mille est toujours invariable ; cent est invariable puisque suivi d’un nombre ; vingt également invariable car suivi de deux).
Ne nous laissons pas non plus tromper en écrivant, par exemple, « deux mille vingt écoliers ». Ici, vingt n’est pas multiplié par quatre ; il s’agit bien de deux mille (plus) vingt écoliers.
On suivra un raisonnement à peu près analogue pour les expressions « faire les cent pas » et « gagner des mille et des cents ». Dans le premier cas, il s’agit d’une seule centaine de pas ; de plusieurs centaines dans le second. Et le mot centaine que nous venons d’employer a son importance. Il explique à lui seul ces exceptions que constituent vingt et cent. Pourquoi ?

Tout sauf arbitraire

La langue française est très logique. En même temps que l'explication de ces exceptions, voici un petit moyen mnémotechnique pour savoir quand accorder vingt et cent : on les accorde uniquement lorsqu’ils peuvent être remplacés par vingtaine et centaine.
Et c’est justement parce qu’ils remplacent ces deux noms que l’on a continué à leur ajouter, dans ces cas-là, un « s ». « Deux cents billes » (deux centaines de billes) ; « Deux cent trois billes » (deux centaines trois billes) ; « Deux mille deux cents cartables » (deux mille cartables et deux centaines d’autres) ; « Quatre-vingts crayons » (quatre vingtaines de crayons).
Lorsque cent et vingt ne sont pas suivis d’un adjectif numéral, ils sont donc assimilés à des noms communs ; dans le cas contraire, ils demeurent des adjectifs numéraux à part entière.

Jusqu’à la page deux cent

Plus que deux points à examiner et vous serez fin prêts pour cette rentrée.
Pourquoi écrit-on « deux cent mille élèves », sans « s » à cent, et « deux cents millions d’euros » en en mettant un ? Tout simplement parce que dans le premier cas cent est suivi de mille (adjectif numéral, donc pas d’accord) ; dans le second cas, il est suivi de million (nom commun – comme déjà signalé –, donc accord).
Et le titre de ce paragraphe, alors : « Jusqu’à la page deux cent » ? Pourquoi ne pas mettre de « s » à cent ? Essayez de remplacer cent par centaines ! Dans cet exemple, il faut comprendre : « Jusqu’à la deux centième page. Cent désigne ici un rang et non plus une quantité ; il est adjectif numéral ordinal et non plus adjectif numéral cardinal (désolé pour les « gros » mots).
On retrouvera ce même cas de figure, assez fréquent, dans la mention des années : « L’an neuf cent » (la neuf centième année) ; « Les années quatre-vingt »…
Vous avez appris quelque chose ?

Résumons-nous

* Les adjectifs numéraux sont invariables (les sept points cardinaux, deux mille élèves).
accord de vingt, cent avec ou sans s
« Eh mais c'est trop top [très bien] ton truc !
Sauf que, à mon avis,
t' [tu] aurais dû commencer par le résumé. »
* Zéro, million, milliard s’accordent car ils sont des noms communs (huit millions).
* Si les adjectifs numéraux sont invariables, vingt et cent sont considérés comme des noms lorsqu’ils ne sont pas suivis d’autres chiffres. Ils sont alors remplaçables par vingtaine et centaine et s’accordent alors comme n’importe quel nom commun (trois cents surveillants, deux cent deux pions, quatre-vingts parents, quatre-vingt-cinq professeurs).
* Parfois adjectifs numéraux ordinaux, cent et vingt ne peuvent plus être remplacés par vingtaines et centaines (ils sont alors synonymes de vingtième et centième) et sont là aussi invariables (la page quatre-vingt de ce livre, l’an six cent).


Un petit voyage dans le si joli monde des pléonasmes ? Allez, laissez-vous tenter : Un revolver à barillet sous un ciel constellé d’étoiles.


Une formation en orthographe à Brest et Saint-Brieuc, à Rennes et Saint-Malo ? Une seule adresse : « Un monde sans fautes » !

2 commentaires:

  1. Je croyais, qu'avec la nouvelle orthographe, le trait d'union était utilisé tout le temps dans les adjectifs numéraux...merci de m'éclairer :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour à vous ! Les Rectifications de l'orthographe de 1990 préconisaient en effet l'usage des traits d'union entre tous les adjectifs numéraux : « trois-cent-mille-cent-quatre-vingt-deux »…
      L'ancienne orthographe et la nouvelle étant toutes deux valides, je préfère pour ma part utiliser avec parcimonie ces traits d'union qui – à mon humble avis – alourdissent si facilement un texte. (Au sujet des Rectifications de l'orthographe, cf. aussi sur ce blog : « Réforme, pas réforme… et tutti quanti ».)
      Bien cordialement.

      Supprimer