vendredi 23 janvier 2015

Tous les bateaux qui vont sur l’eau sauf les senaus

Au pluriel, tous les mots se terminant par « au » et par « eau » se terminent… Oui, vous connaissez les constantes orthographiques. Sauf que là, vous risquez d'avoir quelques surprises.
mots se terminant par gable, par au
Un bateau, des bateaux, d'accord. Mais fatigable et distinguable ?
Tous les mots finissant par « au » et par « eau » prennent un « x » au pluriel. Normalement, vous avez appris cela en primaire. C’est ce que l’on appelle une constante orthographique (sujet du jour). Pourtant – vos enseignants vous l’ont sûrement dit plus tard –, deux mots d’origine allemande, « landau » et « sarrau » (blouse de travail), font entorse à cette règle (des landaus, des sarraus).
De la même manière, vous avez assimilé au cours de votre enfance bien d’autres constantes orthographiques : les mots finissant au singulier par « s », « x » ou « z » ne changent pas au pluriel ; les mots commençant par « dif » prennent toujours deux « f »…
Toutes ces constantes, ou presque, sont suivies dans leur formulation d’un petit mot que vous n’avez jamais entendu prononcer sans qu’un petit « gloups » ne vienne titiller vos amygdales… : « SAUF ». Les noms communs commençant par « ab » ne prennent qu’un seul « b », sauf « abbé » et les mots de sa famille ; les mots en « ou » prennent un « s » au pluriel, sauf « bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou, pou », auxquels certains ajoutent aujourd’hui « ripou » (pourri en verlan)…
 

Entre laxistes et rigoristes

Peut-être connaissez-vous le Bled, ce petit manuel qui donne un grand nombre de constantes orthographiques. [Personnellement, je n’ai pas été « élevé » au Bled, mais beaucoup de personnes m’en parlent avec une nostalgie telle qu’un Marcel Proust devait en ressentir lorsqu’il évoquait sa madeleine.] Bon, j’approuve : c’est très bien de nous donner toutes ces petites astuces qui nous simplifient la vie, mais encore faut-il qu’elles nous la simplifient vraiment. Un professeur a voulu un jour me faire avaler une prétendue « constante orthographique » de… quarante et quelques exceptions ! ? ! N’en jetez plus !
Excès inverse, certains manuels refusent aujourd’hui d’évoquer ces techniques de mémorisation, arguant que seule la visualisation des mots permet de retenir leur orthographe. Et puis, vous pensez : être obligé d’apprendre quelque chose par cœur ! à notre époque !
Mes élèves et stagiaires sont pourtant bien contents de savoir que tous les mots finissant par le son « eur », même lorsqu’ils sont féminins, s’écrivent « e-u-r », sauf (ça, on n’y coupe pas) : « beurre, demeure, heure, heurt et leurre ». Cela leur évite bien des erreures.
De même, combien de fautes seraient évitées si l’on retenait que tous les adjectifs en « gable » se terminent bien ainsi (fatigable, irrigable), excepté – parce qu’il en fallait bien un pour se distinguer – distinguable ?
 

C’était pourtant génial

Ces constantes, utiles, efficaces, faciles à mémoriser, ne sont pas plus de trente. Elles concernent plusieurs milliers de mots. Aucune d’entre elles ne dépasse les dix exceptions… Enfin, encore faut-il être assez prudent en la matière. Il arrive en effet que, tout heureux d’avoir appris une telle règle dans un ouvrage de « référence », on tombe un peu des nues lorsque l’on rencontre une exception que notre livre, « pourtant génial », ne mentionnait pas.
Pour reprendre l’exemple du pluriel des mots en « au » et en « eau », nombre de manuels sont catégoriques : les seules exceptions sont « landaus » et « sarraus ». Et les unaus alors ? Ces mammifères d’Amérique tropicale ! Voici quelques mois, mon regard s’est arrêté sur un autre mot, désignant un bateau : un senau. Pluriel : des senaus !

Sur le même thème, vous aimerez aussi : Tous les bleus des cieux.

Vous désirez laisser des écrits propres, bien écrits, sans fautes ? Si vous regardiez de plus près nos formations ?

4 commentaires:

  1. Un joli article avec un zeste d'humour qui mérite bien un petit exercice d'application :
    http://mamiehiou.over-blog.com/les-noms-qui-se-terminent-par-au-aux-aus-eau-eaux-eu-eux-eus-oeu-oeux-ou-oux-ous
    Vos lecteurs le feront en un clin d'oeil, j'en suis bien sûre. Zest !
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  2. Merci bien, Mamiehiou ! Je conseillerai également volontiers votre test sur les participes passés. Il est assez "diabolique".

    RépondreSupprimer
  3. Mon premier est un ordre
    mon second est premier,
    mon tout prit l'eau après un mile nautique.

    Qui suis-je et ou coulais-je?

    RépondreSupprimer
  4. Un ami d'une cousine répond le Vasa, à Stockholm. Va(s)a. C'est bien cela ?

    RépondreSupprimer